Introduction à la Gnose - Premier degré d’introduction à la Gnose - Appendice

Appendice

Le corps physique est l’un des instruments merveilleux dont l’homme dispose pour s’exprimer. En considérant ce corps d’un point de vue strictement physique, c’est ce que nous pourrions appeler une machine, la nourriture étant le combustible. Selon le type de combustible que l’on utilise, cette machine donnera un bon ou un mauvais rendement, travaillera bien ou mal.

Lire la suite


Imprimer

Introduction à la Gnose - Premier degré d’introduction à la Gnose - Neuvième Leçon

Neuvième Leçon

Le Mental Universel

La vie en société se fonde nécessairement sur les fonctionnalismes du mental. Il nous faut explorer en profondeur les différents niveaux du mental.

La sphère de la pensée où l’homme vit n’est jamais enfermée à l’intérieur de la circonférence limitée du crâne, comme le supposent généralement les ignorants, voire même les ignorants instruits du monde. S’il existait un homme ainsi fait, comment serait-il donc ? Cet homme serait, dès lors, l’être le plus malheureux du monde. Un homme avec la pensée enfermée dans la boîte crânienne ne pourrait rien voir ni percevoir, ce serait un parfait idiot vivant au milieu des ténèbres les plus profondes. Cette malheureuse créature ne pourrait pas voir le soleil, ni la lune, ni les étoiles, ni la terre sur laquelle nous vivons, ni les gens, ni les choses, ni la lumière. Rien de ce qui existe n’existerait dans le mental d’un homme ainsi fait ; on peut expliquer ceci par le fait que l’homme ne peut rien percevoir qui n’existât au préalable dans son propre mental.

Lire la suite


Imprimer

Introduction à la Gnose - Premier degré d’introduction à la Gnose - Sixième Leçon

Sixième Leçon

Trois choses vous sont indispensables dans la vie : pain, vêtement et refuge. Nous ne devons pas avoir faim : nous avons besoin de manger. Nous ne devons pas aller mal vêtus : il est nécessaire de très bien nous vêtir. Il n’est pas juste de payer toute notre vie le loyer d’un appartement : nous avons besoin d’avoir notre propre maison. Réfléchissez à tout cela. Il est urgent que vous compreniez la nécessité de vivre mieux, sans qu’il faille pour autant tomber dans le péché de la convoitise. Nous disions, dans la leçon précédente, qu’il est nécessaire de distinguer entre le besoin et la convoitise. Il est nécessaire de savoir où finit le besoin et où commence la convoitise.

Lire la suite


Imprimer